Pourquoi l’Afrique est-elle à la traîne? Déclaration d’Azeddine Aggoune, ancien sélectionneur de l’équipe nationale algérienne

Le manque de compétitions régulières a eu un impact négatif sur le développement des boxeurs africains, explique l’ancien entraîneur-chef de l’équipe nationale algérienne Azeddine Aggoune, désormais basé en Turquie.

Le manque de compétitions de boxe en Afrique a eu un impact négatif sur le développement du jeu sur le continent et sur l’incapacité des boxeurs africains à exceller dans les grands tournois internationaux.

C’est le point de vue de l’entraîneur-chef de l’équipe nationale algérienne entre 2009 et 2012, Azeddine Aggoune, qui vit désormais à Istanbul, en Turquie, où il est l’entraîneur-chef de l’Académie de boxe Altunizade.

Il a déménagé en Turquie l’année dernière après avoir dirigé le banc technique de l’équipe nationale jordanienne de 2015 à 2018, et l’année suivante, il a été nommé entraîneur-chef de l’équipe nationale d’Arabie saoudite jusqu’en 2022.

“L’irrégularité de l’organisation des compétitions a réduit le volume compétitif des boxeurs africains”, explique Aggoune dont l’expertise en entraînement a contribué à l’envoi de huit boxeurs algériens aux Jeux olympiques de Londres en 2012, dont deux ont atteint les quarts de finale.

“Par rapport à l’Afrique, le volume de compétition des boxeurs européens et asiatiques se situe entre 30 et 35 par an, alors qu’il se situe entre 12 et 20 pour les boxeurs africains.”

Aggoune dit que ce manque de tournois réguliers et de visibilité pour les boxeurs africains a affecté leur approche globale sur le ring, ce qui a entraîné leur performance médiocre sur la grande scène.

A propos du plan de développement en Afrique, Aggoune déclare : « En Afrique, on voit immédiatement qu’il existe deux types de fédérations nationales: les riches et les pauvres. Ceci en termes de ressources financières. Aussi, en termes de résultats, on peut identifier trois types: un historique solide, un historique satisfaisant et un historique faible.

“Les structures adéquates font défaut dans la majorité des fédérations nationales dont la plupart des dirigeants n’ont pas de connaissances de base en gestion sportive et manquent également de professionnalisme dans l’exécution de leurs tâches”, déclare Aggoune, fier titulaire d’un diplôme en théorie et méthodologie de entraînement sportif et actif dans la boxe depuis plus de 35 ans.

Aggoune, ancien boxeur, a dirigé plusieurs clubs algériens au début de sa carrière d’entraîneur parmi lesquels le RC Kouba, le CRB Baraki et l’ASA Protection Civile.

“Le développement de programmes éducatifs destinés aux administrateurs, entraîneurs, arbitres, officiels et médecins a été négligé en Afrique”, déclare Aggoune.

“De plus, les retards accumulés dans l’organisation des compétitions continentales régulières ont influencé négativement le développement technique, tactique et physique des boxeurs africains, par rapport à leurs homologues asiatiques, européens et américains.

“Les nouvelles tendances de la boxe olympique privilégient les attaques successives et répétées, alors que les boxeurs africains sont restés concentrés sur les attaques isolées. Les nouvelles tendances de la boxe olympique privilégient les combinaisons et les séries de coups, tandis que les boxeurs africains préfèrent les coups forts et isolés.”

“De plus, les différents mouvements et le travail des pieds avec la coordination entre les différents membres du corps ne sont pas maîtrisés. Ces manquements ont affecté les boxeurs africains sur le plan physique et technico-tactique.”

Aggoune dit que l’autre problème auquel est confrontée la boxe africaine est que, même lorsque les tournois ont lieu, il y a une faible participation dans certaines catégories de poids, comme en témoignent les Jeux africains d’Accra, au Ghana.

“Lorsque des compétitions africaines sont organisées, elles n’arrivent pas à regrouper de nombreux tours éliminatoires dans certains combats”, déplore-t-il.

“Souvent, le volume compétitif de certains championnats d’Afrique atteint trois combats (quarts de finale) et parfois deux combats (demi-finales). Cela donne à certains boxeurs une fausse croyance de conquête mais lorsqu’ils sont exposés hors d’Afrique, ils sont facilement battus, ce qui a entraîné davantage de frustrations pour les boxeurs, comme nous l’avons vu lors des qualifications olympiques à Bangkok.

“Même la division en quatre zones n’a pas réussi à augmenter le volume de compétition car ces compétitions zonales ne sont pas aussi régulièrement organisées et ne sont pas très fréquentées. C’est pourquoi il est impératif de réfléchir à d’autres moyens d’augmenter le volume de compétition. Le tournoi à la ronde peut être a envisagé ou procédé à une autre division géo-pugilistique, qui prendrait en considération le rapprochement des fédérations nationales.

Concernant la direction de la Confédération Africaine de Boxe (AFBC), Aggoune déclare : « De 2002 à 2014, l’AFBC était dirigée par un seul Président, le Dr Abdellah Bessalem. Sous sa direction, l’Afrique avait des compétitions régulières et diverses, d’élite hommes et femmes. Jeunes garçons et jeunes les filles et même les catégories juniors.

“Pendant cette période, l’Afrique a remporté beaucoup de titres et de médailles. L’or de l’Algérien Hocine Soltani aux Jeux olympiques d’Atlanta en 1996, aux Jeux olympiques de Sydney en 2000 et aux championnats du monde de 1995 et aux championnats du monde de la jeunesse, l’Afrique s’est bien comportée.

“Mais depuis 2014 à ce jour, l’AFBC a été dirigée par plusieurs présidents (Kellani Bayor 2014-2017). Après Kellani Bayor en 2017, Clément Sossa a été nommé président de l’AFBC suite à la suspension de Kellani Bayor. Après Sossa, Mohamed Moustahsane a été nommé président de l’AFBC. président de 2018 à 2020. Puis Moustahsane a été élu président de l’AFBC de 2020 à 2022. Puis est arrivé Bertrand Mendouga jusqu’en 2023, maintenant c’est Eyassu Wossen Berhanu, je lui souhaite bonne chance.

L’ancien entraîneur-chef de l’équipe nationale algérienne Azeddine Aggoune aux Jeux olympiques de Rio 2016 avec le poids léger jordanien Obbada Al Kasbah. Il était alors l’entraîneur-chef de l’équipe nationale jordanienne._

✍🏼Communication AFBC